Profiter du confinement pour organiser votre veille ? # 2 Le sourcing !

Le B A BA d’un bon sourcing :

L’accès à l’information est devenu assez facile mais les informations collectées peuvent être imprécises, fausses, obsolètes, redondantes ou tout simplement inadaptées à votre problématique. Contre l’infobésité chronophage , il faut sélectionner les sources d’informations permettant d’accéder à des informations de qualité.

                      Capture 2

Utiliser les sources humaines : quelles soient « expertes dans leur domaine » ou personnes « bien informées », autrement dit « son réseau », elles permettent souvent d’accéder à des informations récentes et nuancées, accessibles à peu de monde car elles ne sont pas publiées. Le challenge est d’identifier les bonnes personnes et de créer des occasions de rencontres. Les réseaux sociaux, notamment linkedin pour ne pas le nommer, peuvent être un bon moyen pour prendre contact ou tout au moins identifier les experts. Les salons, conférences, et autres événements sont de bonnes occasions de rencontre. On surveillera donc les agendas publiés. La valeur d’un réseau ne se fait pas en un jour et il faut aussi savoir écouter, poser les bonnes questions, partager en retour et toujours s’interroger sur la crédibilité, la pertinence de l’information et pourquoi on la partage avec vous.

Trier les sources internet -Voilà quelques questions à se poser pour trouver les bonnes sources :

Qui est concerné par un sujet ? qui est à l’origine de l’information ou la relaie? Ce sont chez acteurs concernés que l’on va trouver l’information. Je conseille de scanner systématiquement l’écosystème de son activité. Parmi les acteurs intéressants, on peut citer les organisme de recherche et de formation, les institutions (Consulaires, ministères, conseil régionaux, etc.), les syndicats professionnels ou groupes d’entreprises, les concurrents, les clients, les fournisseurs, les ONG, les acteurs institutionnels ou privés de l’information (presse, sociétés études, bases de données spécialisées, bibliothèques, salons professionnels, bloggeurs, et curateurs). Cette méthode systématique menée avec une recherche sur un moteur en combinant des mots clés permet de trouver rapidement des acteurs pertinents auxquels on n’aurait pas forcément pensé et d’enrichir les sources déjà connues.

Sous quelle forme et sur quel support peut exister l’information qui m’intéresse? Articles web, doc pdf, présentations power point, tableaux excel, vidéos, sons, images peuvent être présents dans les news et agenda d’un sites internet, blogs, réseaux sociaux ou sites de partage de contenus comme youtube.

Quel niveau de détail est nécessaire ? quelle ressources (temps) ai-je pour faire ma veille ? dans un premier temps, accéder à un résumé d’un texte juridique par une newsletter d’un syndicat professionnel même payante peut être suffisant plutôt que d’éplucher systématiquement tous les Journaux Officiels – dans un second temps, récupérer le texte complet permettra de travailler et d’évaluer l’impact du texte sur son activité.

En conclusion : il appartient à chaque entrepreneur de sélectionner régulièrement les sources humaines et internet dans les domaines précédemment identifiés comme critiques pour son activité.

A bientôt pour #3 Les outils et méthodes pour automatiser la collecte

 

conseil information veille